AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

Bienvenue




AlmostDawn


Présentation de Mance



Almost Dawn :: Le grand conseil :: La dernière étapeAller en bas 

Aller en bas 

  Présentation de Mance


Dim 27 Mai 2018, 05:54
    

Mance
My only fear is coming back reincarnated

Prénom completManceâge52 anssituationMariéclanBoudalangradeÉlevérôleChefnb. victimesIncalculablesphobieRésurectionaffiliationNatifs

Une qualitéCompréhensifUn défautComplexéUn talentResponsable

avatarMad Mikkelsen
1. Jugez-vous qu’il est tolérable de tuer un être humain?
Ma soeur a tué un homme avant que je ne sois en âge de comprendre que c’était mal. Ses vêtements étaient déchirés, on l’avait battue. Elle s’était défendue farouchement, s’opposant à un viol qui aurait pu lui retirer toute fierté. L’homme gisait au sol, poignardé à plusieurs reprises au visage. Quant à ma soeur, elle était assise contre le mur, souillée des pieds à la tête du sang de son assaillant. La fragrance du sang inondait la pièce. Je voyais dans le regard vide de Nia que jamais plus elle ne laisserait un homme être meilleur qu’elle. Et j’ai su alors que mes chances de la surpasser dans tous les domaines seraient vaines. Je savais aussi que si j’en parlais à nos parents, elle me tuerait. Il y avait dans cette scène une beauté que je n’arrivais à déchiffrer. De la peur, de la violence, et de la justice.

Qui avait-il de mal à violer une femme? Les guerriers le faisaient tous, en période de guerre, pour humilier les vaincus. Pourquoi alors s’était-elle défendue? Souvent, les guerriers ennemis, assouvis par nos armées, regardaient leur femme et leurs filles être possédées. Les jeunes garçons ne faisaient pas exception à la règle. Ce qui hantait mon esprit, cette nuit-là, était la notion du bien et du mal. Étions-nous autoriser à souiller le corps et l’esprit de l’un des nôtres? Un azgedakru pouvait-il se montrer austère à l’encontre d’un autre azgedakru? La justice. Voilà comment je qualifiais l’acte de ma soeur. Tuer pour purifier me semblait soudainement facile, voire nécessaire. Permettre à la mort de capturer les âmes était pour moi naturel. Si on me disait « je mérite la mort », alors je répondais : « ne lutte pas contre elle. » Si la personne résistait, alors je l’aidais à franchir le pas. J’en suis même venu à me demander quel goût elle aurait.
2. Quelle est votre opinion au sujet des Sky People?
Un morceau de viande brûlait au-dessus des flammes. Chacun mangeait une part de la chair : un festin partagé. Lorsqu’un morceau de viande est tombé entre les mains de Libby, je me suis interposé formellement : « pas lui. » On lui a donc retiré la viande ; les autres ont continué de manger. Il me questionnait du regard, je le voyais bien, mais je ne daignais lui accorder la moindre attention. Plus tard, lors de cette même soirée, nous nous sommes retrouvés en tête-à-tête ; Libby s’est énervé. « Tu ne me permets pas de faire partie du clan. Je veux être comme eux, faire comme eux. Je mérite ma place. Si j’ai envie de manger un homme, alors je le ferai! » Je l’ai interrompu. « J’ai besoin d’une assurance de paix. Si tu deviens comme nous : un charognard, tu perdras toute crédibilité. Un jour, ça viendra. Pour l’instant, j’ai besoin que tu deviennes la voix du peuple. Tu seras le pont entre nous et les hommes du ciel. Sois leur ami. » Mon garçon ne me comprenait pas. Comment pouvait-il devenir un ami de sa position...? Et, sans poser de questions, il a compris. J’ai aperçu ses épaules se détendre – ou s’amollir. Il venait de comprendre mon raisonnement : j’allais envoyer des hommes du ciel dans les mines. Ils feraient office d’ouvriers, de rançons, mais aussi de nourriture. Leur technologie ne m’intéressait pas. C’était plutôt leur essence qui m’interpellait. Tout homme peut aspirer à devenir un boudalankru, du moment où ses moeurs sont les nôtres.
3. Êtes-vous plutôt éclaireur, combattant, cultivateur ou éleveur?
Lorsque j’étais jeune, ma soeur envisageait déjà d'honorer le rôle de notre père et d’accéder au trône d’Azgeda. Il était manifeste que je ne pouvait revendiquer son droit de naissance. Elle me faisait de l’ombre, où que j’aille. C’était la seule attention qu’elle me portait. Elle ne m’insultait pas, ne me regardait pas. Ce jeu de pouvoir était silencieux, ombrageux. Je pouvais devenir un guerrier, terroriser nos voisins moins nombreux, mais c'était tout ce que ma sœur voulait, que je meurs au combat, que ma dépouille ne soit jamais retournée à Azgeda. Alors pour avoir un œil sur chaque action entreprise, pour avoir une longueur d'avance , je voulais être au coeur des combats sans que ma vie ne soit menacée ; j'étais en charge des avertissements, mais également des trophées. Je n’avais que faire des guerriers décédés de notre clan, je ne regardais pas même leur dépouille. Ce qui m’intéressait, c’était les corps de nos ennemis, ceux que je pouvais exposer selon mon bon plaisir. Malgré la robustesse d’Azgeda, on me trouvait parfois répugnant. J’étais incompris dans ma créativité. En quoi leur opinion pouvait me rendre meilleur, me changer? Si je rêvais d’une mer de sang, alors personne ne pouvait m’en priver. Ça m’arrivait, de rêver que je flottais, nageais et coulais dans une mer de sang. Je voulais que ma langue glisse sur ce liquide épais. Je voulais que mes papilles gustatives puissent se délecter de chaque composition de saveurs. Cette envie était un péché, tout simplement parce qu’il était horrible de s’imaginer se languir de ce fluide humain. Non seulement je voulais sentir cette chaleur descendre dans ma gorge, mais je voulais aussi connaître la sensation qu’éprouve un animal lorsqu’il arrache la chair de son os. À quel point la viande humaine pouvait-elle être tendre? Qu’importait le nom qu’on pouvait attribuer aux hommes adeptes de la chair, profitaient-ils de ce moment d’extase lorsqu’ils se régalaient enfin de leurs victimes toute fraîche?

Aujourd'hui, à la tête de Boudalan, j'offre à mes hommes cette chance inestimable : celle de goûter à mon rêve.
4. Si vous deviez vous battre, quelle serait votre arme?
Les hommes sont des armes inestimables, lesquels sont parfois incompris ou mal utilisés. Les hommes se battent pour des droits, des récompenses ou des enjeux qu'ils ne comprennent pas. Ils deviennent alors malléables, obéissants, même lorsqu'ils pensent se rebeller. D'aussi loin que je me souvienne, les hommes se sont battus pour moi. Des centaines d'épées levées vers le ciel, alors que de mes mains j'embellissais leurs exploits : des trophées acquis, des têtes coupées, des coeurs encore chauds.

Mon fils aîné m'a transmis quelques naissances. Il estimait qu'un roi à devenir se devait de savoir brandir une épée, se devait de savoir trancher une tête. Comment refuser une telle offre alors qu'il avait appris des meilleurs?

Néanmoins, je préférais me laisser guider par la nature, laquelle se montrait souvent plus dévastatrice que les armes. Boudalan est devenu un lieu que j'affectionnais, un lieu où je pouvais envoyer à la mort des centaines de personne à la fois dans les mines. Les plus désobéissants cependant méritaient une mort digne de leur affront : une mort par cannibalisme. Cette mort était orchestrée à la fois par nos hommes que les bêtes de la nature. Nous n'avions qu'à attacher un homme sur la montagne pour qu'il soit dévoré par les oiseaux. De l'espace, pouvait-on voir ces nombreux sacrifices?
5. Que craignez-vous le plus?
Je ne crains ni mon ombre ni la noirceur ; toutes deux profondément obscures comme je les aime. Quelque chose, néanmoins, m’obsède : les parasites, sous la peau. J’en deviens fou lorsque je gratte mon avant-bras pendant cinq minutes, prenant conscience que je tentais d’arracher mes propres veines. Le sang et les gales cachent les imperfections de la peau, ainsi je n’ai pas à me demander si quelque chose rampe en dessous. Peut-on être infestés de verres si on mange une viande avariée?

J'ai développé cette obsession pour me souvenir que derrière cet écran de haine, je dois préserver l'image d'un homme. Si j'oublie d'entretenir ma part d'humanité par des gestes anodins, alors mon clan sera écrasé, plus chaotique qu'il ne l'aura jamais été. Et j'ai besoin de ce clan pour assouvir certains péchés. Et de mon point de vue, tout homme doit entretenir une peur pour savoir comment effrayer les autres.

L'ultime peur qui me guette, est pire que la naissance : la réincarnation. La réincarnation en quelque chose que je n'aurais pas désiré. Chaque vie nous rend meilleur, dit-on. Chaque vie nous oblige à faire mieux que la précédente afin de corriger nos erreurs. Je préfère de loin vieillir et périr dans ma propre carcasse que me réinventer dans la peau d'un homme pieux. Les démons sont crains pour ce qu'ils sont, non ce qu'ils auraient pu être dans un passé oublié.
6. Autres à préciser?
[01] Il aime les femmes exotiques. [02] Il craint les parasites sous la peau. [03] Mance avait le sentiment que les hommes provenaient des profondeurs de la Terre, ayant vécu là plusieurs années durant avant de finalement voir le ciel pour la première fois.
pseudonymeSneakySkunk âge réel23 anspaysCanadaParrainnageNon ♥

Comment as-tu connu Almost Dawn?
C'est bien les AA par ici?

biographie
jus drein jus daun

Azgeda



D’immenses bras de géants émergeaient des profondeurs de la rivière, métalliques, mécaniques. Nul ne savait quel terme leur donner, donc ces immenses machines dotées d'une bouche acérée et creuse portaient le nom de « bras de géants. » Une longue rivière sinueuse, perdue dans les terres.

La neige ourlait les rivages, insensible à la chaleur de l’été. Un jeune homme se tenait debout dans la rivière, admiratif de la puissance du débit. La rivière possédait la couleur du sang, un sang fatigué de s’écouler. Oserait-on prétendre que l’homme était complètement désintéressé de sa victime? Celle qui se noyait sous son pied, celle qui voyait le ciel au travers d’un filtre rouge. Elle aurait pu saigner qu’on n'aurait pu distinguer son hémoglobine de la teinte reflétée par la rivière. Peu de gens venaient dans cette rivière. Elle était meurtrière, disait-on. Un homme s’était osé à la goûter, une fois. Il en est mort. Brave garçon, fier guerrier de son père. Une eau empoisonnée, voilà tout ce qu’offrait cette rivière toujours alimentée par les hivers, par les montagnes gorgées de mines oubliées, inondées. Du cuivre. Cette rivière était maudite, contaminée par l’ancien monde et son envie de toujours creuser plus bas que terre. S’approcher trop près de la rivière, c’était sceller son destin avec la mort.

Plusieurs hommes et plusieurs femmes restaient loin, observaient l’homme noyer la fautive. Aucun ne franchissait la rouille tapissant la neige : le point de non retour. Devait-on haïr cet homme pour le meurtre qu’il commettait? Devait-on l’acclamer pour son intervention judiciaire? Pouvait-on accepter qu’une femme massacre un enfant? Voilà plusieurs questions qui se sont implantés dans la tête des gens. Comment devaient-ils considérer Mance?

C’est ainsi qu’il s’est démarqué de sa soeur, la princesse Nia. Plus âgée, plus imposante, adorée des parents. Sa grande soeur était une femme accomplie, souveraine dans un futur que tous redouteraient, inévitablement. Mance se souvient de cette année-là, se souvient de sa soeur, portant sur ses épaules la peau blanche d’une chèvre des montagnes pour se protéger du froid. Ses cheveux blonds tombaient comme la neige jusqu’à ses hanches. Ils faisaient office de cape. Elle était irrésistible.

Mance tuait une femme qui avait osé tuer l'enfant d'une autre mère. Il vengeait l'honneur d'un enfant qui ne deviendrait jamais guerrier. C'était en réalité une excuse pour tuer sans être regarder d'un mauvais œil. Et les gens étaient perturbés ; c'était héroïque de punir, mais c'était morbide de tuer par le plaisir. Personne ne rompait se massacre, car la rivière elle-même était condamnée.




Kiss his death body



Halldoria a été sa compagne, une femme lâche dès le début. L'histoire de cette femme prend place le jour où son mari est décédé, car avant ça, elle n'avait aucune valeur aux yeux de l'azgedakru. Mance était entré chez elle, faisant craquer le parquet sous son poid ; les planches de bois étaient aussi durcies par le froid. Il n’était pas venu pour elle, pour Halldoria. Sa présence s’expliquait par le fait que vivait dans cette maisonnée son espion favori. Le genre d’homme qui rampe dans la boue pour quelques pièces scintillantes, qui ne pose aucune question lorsqu’on lui ordonne de partir en expédition plusieurs jours consécutifs. Mance s’est attablé sans qu’on ne l’invite. On entendait le vent siffler au travers des lattes mal clouées. Il a demandé : « Qu’est-ce que ma soeur complote contre moi? » Mance pour cette requête avait promis un trophée : la tête de l’homme qui avait tué leur unique progéniture. Quels parents ne voudraient obtenir justice?

L’espion est resté silencieux, en proie à ses démons intérieurs. Il redoutait Mance, bien évidemment, mais il redoutait aussi la future reine, redoutait les terribles plans qu’il avait découverts qui le forçaient à choisir un camp. Le frère ou la soeur. Mance était un peu désappointé. Il était déçu. L’ami fidèle qu’il s’était découvert dans l’âme mendiante de cet homme n’existait plus. L’espion refusait de parler. Halldoria implorait silencieusement son époux de tout raconter. Cette femme craignait le danger présent ; elle ne craignait pas le danger qui pouvait survenir dans trois ans, dans dix ans. Elle savait que la seule menace se trouvait à l’intérieur de ses murs. Mance s’est levé, prêt à faire tomber la sentence. Aussitôt, l’espion s’est armé d’un couteau et s’est tranché la gorge. Il refusait de trahir Nia, qui visiblement l’avait démasqué, et craignait d’être torturé par Mance. Mance ce serait pourtant amusé à l’empaler sur un pique, le laissant agoniser dans le froid, jusqu’à ce que se nécrosent tous ces organes.

Halldoria a été abandonnée par son époux, livrée en pâture à un homme dépourvu d’intentions linéaires. Alors, elle a fait ce qui lui semblait juste ; elle s’est allongée sur le sol, disposée à baiser ses pieds. « Non, pas les miens : les siens. » Elle a relevé la tête, incrédule. Alors, il s’est penché à sa hauteur, puis a soufflé à son visage : « Pas les miens, les siens. Ses dettes sont tes dettes. Embrasse son cadavre encore chaud. » Elle est ensuite devenue son épouse, racontant à qui voulait bien l’entendre que son mari s’était suicidé pour Mance, car ce dernier avait profaner le meurtrier de son enfant. Halldoria s’est ouvertement liée d’amour à Mance, promettant de lui faire un enfant. Pourquoi refuser? Elle se savait maudite de toute manière. Son premier était mort, c’était une question de temps avant que les autres ne subissent le même sort. Si le mal était tout puissant, si le mal avait choisi d’influencer Mance, alors le mal poursuivrait son oeuvre, même avec son plus fidèle partisan.




Dear Natblida



Une main levée ; l’ordre était donné. Il voulait se retrouver seul avec l’enfant. Elle se tenait devant lui, offerte. Elle attendait. Et plus elle attendait avant de parler ou de bouger, plus elle se soumettait à son pouvoir. Le temps lie les âmes, selon Mance. Plus longtemps tu le sers, moins facilement tu peux rompre les chaînes. Ainsi fonctionne l’hiver, plus il est froid, plus il tarde à fondre. « Montre-moi. » Il ne s’est pas levé pour vérifier les dires des parents. Il ne s’est pas levé pour entailler sa chair. « Montre-moi », ont été ses seules paroles. Autrement dit, « obéis-moi désormais, tu m’appartiens. » Et le temps s’est prolongé, contraignant, condamnant cette gamine d’une dizaine d’années à suivre le chemin que défricherait Mance pour elle. Pour lui, Amethyst a versé son sang, du goudron à ses pieds. L’Azgedakru voyait dans cette mare un horizon infini, un avenir sombre, un ciel sans étoile. Cette idée lui plaisait : un monde sans étoile. Dans un long soupir, il a quitté son trône, puis s'est accroupi au raz du sol. Ses doigts ont trempé dans le sang, ont touché la texture épaisse et gluante. Mance regardait sa main décorée du sang de l'enfant. À cet instant précis, où il découvrait enfin la beauté de cet être des ténèbres, il caressa ses cheveux blonds, désormais souillés de son sang. Il savait qu'elle deviendrait grande, qu'elle accomplirait son destin pour lui. Son trophée, sa natblida. Halldoria avait alors posé un oeil mauvais sur cette enfant maudite.
War



Qu’est-ce que la guerre pour un prince? Une tragédie comme une autre? Des pertes sans valeur? Des victoires prétendues? De nombreux êtres chers sont morts pour que Mance réussisse à quitter les terres du nord là où il avait grandi, notamment son propre fils : Libby. C’était presque l’aube, le moment entre la nuit et le jour où les âmes dorment en paix, insouciantes des dangers qui rôdent. Les bêtes obscures, généralement, s’effacent dans les ténèbres avant l’éclosion des premières lueurs du jour. « Père, réveillez-vous. Le roi est mort. Les guerriers de Nia prennent d’assaut les campements. » Toute la nuit, le garçon était resté au chevet de son grand-père, patientant la venue de la mort – laquelle était estimée à la prochaine pleine lune – laissant le temps à Mance de quitter Azgeda. Une mort prématurée. Très vite, la nouvelle de son décès avait parcouru les murmures sournois des fidèles de Nia, lesquels ne quittaient plus des yeux l’homme malade. Elle voulait le pouvoir et s’était assurée d’être la première alertée. Sans Libby, Mance n’aurait pu ouvrir les yeux à temps pour entamer sa fuite. L’adolescent était le préféré de Mance, même s’il n’était pas un guerrier comme son ainé Valdor. Il était fidèle à son père, et c’est tout ce qui importait. Avant de quitter les lieux avec son entourage, Mance a ordonné à certains de ses hommes de tuer un maximum de guérisseurs. Il ne voulait pas voir Azgeda se relever à la suite de son départ.

Leur carrosse s’est empourpré. L’un des chevaux s’est énervé. Le mouvement a fait tomber Libby. Le véhicule de fortune s’est presque renversé, mais heureusement il a tenu le coup. L’attelage a poursuivi sa route au galop farouchement menacé par le cocher. « C’est mon fils! » Cette femme qui voulait offrir des enfants à Mance pour les voir mourir ne pouvait s’y résoudre. Elle avait appris à les aimer dans l’enfance, à les voir devenir des hommes dans l’adolescence. Des années auparavant, elle avait perdu sa propre fille ; le souvenir jaillissait sous ses paupières comme des larmes de sang. « On doit le sauver. » La mère implorait. Mance a regardé son ainé. Ce dernier a secoué la tête. Toute bataille s’éternisant sur les terres d’Azgeda serait vouée à l’échec. Ce combat était pour les hommes dont la vie était déjà fauchée. Des hommes à cheval les poursuivaient, piétinant le garçon au passage. Mort? Vivant? La femme s’est emparée d’un poignard et a menacé son propre ventre : « allez chercher mon garçon ou je mets en terme à la future progéniture. » Mance a demandé à ce que le carrosse soit arrêté. Les guerriers ennemis n’ont pas tardé à les encercler. L’ainé fixait son père ; dans un soupir, il a dégainé son épée, puis est sorti pour affronter les guerriers. Mance ne s’est pas arrêté pour regarder le combat. Une flèche s'est logée dans sa jambe tandis qu'il tentait une sortie. Il devait rester caché, le temps que son fils et la natblida défendent le carrosse. Ils ont abandonné Libby puisque les ennemis étaient trop nombreux. Il le pensait réellement mort.

Une fois à l’abri, deux jours après la guerre civile, Mance s’est approchée de son épouse. Il a posé une paume sur son ventre. Elle a longuement soutenu son regard sans émettre le moindre mot. Son ventre était mou, sans la moindre expansion. Elle n’était pas enceinte ; elle avait menti pour qu’il sauve Libby. Valdor s’est glissé derrière sa mère, disposé à s’emparer de son dernier souffle. Mance a d’abord demandé : « donnez-moi une seule bonne raison de vous garder en vie. » À quelques lieux de là, se trouvaient des villages abandonnés, des survivants sans le moindre espoir aucun. Un endroit adéquat pour entamer une nouvelle vie, pour être à la tête d'un clan. « Votre œuvre sera enfin appréciée à sa juste valeur. Vous pourrez être l’homme dont ils ont besoin. J’ai toujours su parler en votre nom. Je continuerai. » Pour l’occasion, Mance a offert à son fils une natblida, et ce, aux yeux de tous. Si une poignée  d’hommes avait connaissance de sa présence, désormais elle était connue de tous : Amethyst. Valdor, l’ainé, le grand guerrier, allait pouvoir user de ses atouts pour offrir une progéniture à Amethyst. « Nous avons le sang obscur. Pour cette raison, nous survivrons. » Mais aucun enfant n'a vu le jour.

Libby a retrouvé le chemin des siens en reprenant connaissance, suivant des traces dans la neige, des traces qui avaient lentement disparu une fois les rochers apparus. Laissé pour mort, il avait survécu à la douleur et au froid. Des gardes l'ont subtilement amené à son père. « J'ai réussi à fuir seulement parce que Nia n'est pas stupide, elle préfère garder des hommes pour préserver son trône, non pour traquer des parasites qui vont certainement mourir sans foyer. Tuer des guérisseurs les ont ralentis, mais pas assez. Je ne pouvais faire demi-tour pour trouver une âme charitable. » Sa survie seule reposait sur sa détermination à rejoindre les siens. Libby a été examiné, son corps était décoré de sabots sanglants, creusés dans sa chair. Mance ne pouvait l'exposait au sien du clan. Il avait utilisé sa mort comme symbole pour augmenter la rage dans le coeur des gens à l'encontre d'Azgeda. Pour cette raison, il a continué de répandre la nouvelle de sa mort, mais s'est assuré de l'envoyer travailler dans les mines découvertes. Libby n'était pas emballé, mais il n'a pas protesté. Sans ses beaux vêtements, sans ses cheveux longs aux épaules, il ne ressemblait plus à son fils. Un garçon comme un autre.

Deux ans après l'arrivée d'Amethyst a Polis, tout a changé. Plankripa est devenu le nouveau pseudonyme d’Amethyst, alors qu’elle semait la zizanie sur son passage, des bains de sang à Polis. Mance aurait pu admirer la beauté de ses portraits, aurait pu étudier avec elle l’amoncèlement de corps froids, mais il savait dans son cœur qu’elle ne possédait pas la même réserve que lui. Elle ne distinguait pas le règne des massacres, ne séparait pas le courroux de la patience. Elle aurait embrasé tout espoir en touchant de près ou de loin à la flamme. La folie avait transformé sa petite natblida, ou était-ce son ainé qui avait dérobé une virginité bien trop tôt? « Tu seras en sécurité à Boudalan.  Personne ne pourra te punir pour ton art. Tu apprendras à contrôler le démon qui réclame toujours plus de sang. Un jour, tu seras lui ; il ne sera pas toi. »
Boudalan



L’homme est parvenu à faire descendre certains de ses guerriers dans les mines grâce à ses légendes.

Le géant mangeur d’hommes est si grand, qu’il ne parvient pas à se faufiler dans certaines galeries. Creusez toujours plus loin, et jamais il ne vous mangera. Le mangeur d’hommes n’est pas assez stupide pour courber l’échine et se perdre dans les profondeurs de la Terre.

« - C’est une idée qui nous offre longévité. Que souhaites-tu en échange de ta participation?
- J’aimerais qu’un ami à moi soit libéré de la mine et de ses obligations envers le clan.
- Pourquoi voudrais-je perdre des ouvriers?
- C’est ma demande.
- Un ami?
- Un ami. »

Mance a accepté la demande de son fils, mais a voulu voir le jeune homme qui serait déchargé de ses obligations. Voyant que son propre fils esquivait tout contact visuel, Mance a haussé un sourcil. « Ne baisse pas les yeux devant les autres. C’est un signe de faiblesse. » Libby a donc relevé la tête. Mance a tenu parole : « l’ami » a été libéré de ses fonctions de la mine, mais il s’est empressé de quitter le clan. Libby ne l’a pas revu depuis.



« - Dites-moi encore pourquoi je te garde en vie.
- Parce que mes paroles font de vous un homme apprécié, dominant. Pensez-vous réellement que sans mes fils vous êtes un homme?
- Vos fils sont désormais des hommes, ils ont besoin d’une épouse, non d’une mère. Avez-vous encore une quelconque valeur à mes yeux?
- Je peux vous aider à vous faire une place dans les alliances. On raconte que Polis est devenu le point central des clans. Les hommes s’allient. Azgeda sera leur ennemi numéro 1. Je sèmerai des pions pour vous. Whinter ne pourra qu’accéder à votre demande. Il est temps de s’intéresser à autre chose que votre propre personne. »  

Mance a envoyé un message à Polis. Quelques mois plus tard, le messager a annoncé à son chef que Whinter avait refusé l’offre d’une alliance. Un traitre d’Azgeda était aux yeux du Heda pire qu’un azgedakru en personne. Néanmoins, Mance gardait l’idée qu’Halldoria avait raison. Il leur fallait un pied près de Polis. Des hommes à lui ont donc commencé à construire une base près de Polis. Peu de temps après, Whinter est décédé, sonnant l’annonce d’un nouveau Conclave. Le chef a eu une pensée pour Amethyst, pauvre jeune femme qui ne pourrait accéder au trône. Néanmoins, le chef avait des plans pour Boudalan. Armé de patience, un nouveau messager a été envoyé à Polis, cette fois-ci accompagné d’un ambassadeur désigné. Ils ont communiqué à aider la fausse acceptation de Whinter à la confection d’un refuge pour les gens abandonnés. Un consensus a été établi. Le refuge serait une colonie de guérisseurs, promouvant la paix. Le débat s’est éternisé. Seules des femmes pourraient exercer là-bas puisqu’elles projetaient plus facilement une image de paix que les hommes. Depuis des années, la colonie se créait dans l’ombre. Elle est devenue un chef-d’œuvre lorsque tous les clans de l’Alliance ont été obligés de contribuer à sa construction pour bonifier de soins en cas de nécessité.




À chaque saison, cet homme s’offre à son clan. Masqué, il danse au son de la musique, au chant des femmes. Mance ne donne d’importance aux femmes que pour transmettre quelque chose aux siens : la faim, l’obéissance et la copulation. Il n’est pas rare que les femmes doivent cuisiner leurs bourreaux lorsque Mance le juge nécessaire. Il ne considère pas qu’une femme doive être battue plus que nécessaire ; alors si ses disciples se montrent irrespectueux en ignorant ses ordres, il s’assure qu’ils soient dévorés par les siens. Pensait-on réellement que les légendes n’étaient que superstition?
[ 2098 ]  Naissance. [ 2126 ] Amethyst devient sa natblida. [ 2131 - 33 ans ] Création de Boudalan. [ 2134 ] Pétronille est désormais sienne. & Enfermement de Amethyst à Boudalan. [ 2144 ] Aide à la création de la colonie des filles de Péan. [2135]
avatar
Informations :   
Messages : 2
Disponibilité : 0 / 1

Mance

  Re: Présentation de Mance


Dim 27 Mai 2018, 11:21
    
Rebienvenue Murphychou ! Tu t'est pas trompé ici c'est bien les AA je t'ai même préparer une petite coupe pour fêter tout ça ! crazy crazy


avatar
Informations :  
Messages : 113
Disponibilité : Disponible pour un tas de rp
Crédit : Sixe aka Bellamychouchou

Clarke Griffin

The 100

  Re: Présentation de Mance


Dim 27 Mai 2018, 13:48
    
REBIENVENUE PETIT COEUR **
J'ai hâte de lire la fiche de ce nouveau personnage, même si je suis sûr qu'il sera génial, puisque c'est toi qui le fait. ** ♥️





"We hold on so tight, we cannot deny, Eats us alive, but I don't wanna die "



" No one will win this time, I just want you back. "
avatar
Informations :  
Messages : 2135
Disponibilité : 4 / 4
Crédit :  

Connor

Kom Trikru

  Re: Présentation de Mance


Dim 27 Mai 2018, 15:23
    
Tsss... Regardez moi cette petite princesse avec sa couronne là. Tu comptes gouverner quoi avec ça? :stayaway:

Mance et Fer de Lance... Avoue que ça vend quand même du rêve comme duo? T'en penses quoi? Devrais-je m'allier à Boudalan, ou Azgeda? danse

Bienvenue avec ce personnage Petpet! Je suis trop contente que t'aies cédée aussi facilement.
Il te va trop bien en plus. J'AI HÂTE DE TOUT LIRE! (et je suis contente de voir que t'as gardé ta phobie de départ! Ça lui va bien à ce petit cannibale.)

PUTAIN. ON A UN MANCE! VOUS VOUS RENDEZ COMPTE?



Je voulais pas lire... Mais j'avoue que j'ai aperçu son penchant pour les femmes exotiques. hide C'est dommage que Xérie ne soit pas de son goût. Je vais devoir faire Pétronille. OhhOOOH!


avatar
Informations :  
Messages : 187
Disponibilité : [ 2/2 ]
Crédit : SIXE

Fer de lance

Kom Yujleda

  Re: Présentation de Mance


Dim 27 Mai 2018, 21:59
    
AAAAAH SUPER CHOIX DE PERSOOO hate
rebienvenuuuuuue str1g


avatar
Informations :  
Messages : 1542
Disponibilité : 1/3 rp's libres.
Crédit : (c) 400 LUX (av); tumblr (gifs), uc (signature).

Zelda

Kom Yujleda

  Re: Présentation de Mance


Dim 27 Mai 2018, 22:35
    
Ha pas lui :spider:

Même si il me fait un peu peur, j'ai quand même hâte de savoir ce que tu vas faire avec lui !

Re bienvenue, et fais nous une belle fiche de présentation, comme d'habitude ♥️


not a dream anymore
Tu es libre, et cela crée comme une lumière autour de toi. Les hommes ne s'y trompent pas et cherchent à te capturer pour s'approprier cette lumière. ▬ Parce qu'ils croient, à tort, qu'elle les éclairera, parce qu'ils sont incapables de la trouver en eux et ne supportent pas l'idée de vivre dans l'ombre.
avatar
Informations :  
Messages : 546
Disponibilité : Sur demande (a)
Crédit : dakini (avatar) ; Les Pacte des MarchOmbres + bat'phanie (signature sur Bazzart)

Mya Hafmeyjan

Kom Maunon

  Re: Présentation de Mance


Mer 30 Mai 2018, 16:32
    
J'ai gardé le meilleur pour la fin langue


T'es une déesse sous tous les visages que tu empruntes ! Je suis tellement heureuse de te voir arriver avec ce personnages... C'est un petit caprice de ma part, mais avec toi, Mance est entre de tellement belles mains ! hug
J'ai hâte de lire ta magnifique fiche (bien que j'attende que tu sois validée, comme d'habitude)

On va encore vivre des histoires de fou, toi et moi !
Je vais te faire vivre la misère, maître adoré hehe
avatar
Informations :  
Messages : 59
Disponibilité : [0/2]
Crédit : /.

Amethyst

kom boudalan

  Re: Présentation de Mance


Jeu 31 Mai 2018, 04:53
    
@Clarke Griffin : Quand tu veux pour un verre. huhu

@Connor : Merci concombre, j'espère que ce personnage te plaira autant que les autres. :aah:

@Fer de lance : Une alliance avec Boudalan, bien évidemment. Azgeda, c'est démodé. :stayaway: Tu sais bien que je cède dès qu'un personnage se présente à moi, où le plaisir sinon. :helpme:

@Zelda : Merci à toi, maintenant je vais pouvoir faire mal à ton mari!  devil

@Mya Hafmeyjan : Merci beaucoup.  danse Je sais que tu as peur des hommes virils t'inquiète. C'est pour ça que tu as choisi Jess - mdr ce clash de DC. -  :wut:

@Amethyst : Cette fois tu n'auras pas le choix de lire, MANCE QUOI. crazy Amethyst va peut-être regretté de le voir arriver, sait-on jamais!

Des bisous sur vous. :fauxcul:
avatar
Informations :   
Messages : 2
Disponibilité : 0 / 1

Mance

  Re: Présentation de Mance


Ven 01 Juin 2018, 00:55
    
Ça c'est méchant pour Jess :O

J'ai pas peur des hommes virils, j'ai peur des hommes qui ont ton genre de tête huhu

Deal with it


not a dream anymore
Tu es libre, et cela crée comme une lumière autour de toi. Les hommes ne s'y trompent pas et cherchent à te capturer pour s'approprier cette lumière. ▬ Parce qu'ils croient, à tort, qu'elle les éclairera, parce qu'ils sont incapables de la trouver en eux et ne supportent pas l'idée de vivre dans l'ombre.
avatar
Informations :  
Messages : 546
Disponibilité : Sur demande (a)
Crédit : dakini (avatar) ; Les Pacte des MarchOmbres + bat'phanie (signature sur Bazzart)

Mya Hafmeyjan

Kom Maunon

  Re: Présentation de Mance


    

Contenu sponsorisé

 Sujets similaires
-
» présentation de demi lovato
» Modèle de présentation
» Ma présentation ! (Phyllali)
» Présentation de Logan Echolls
» Présentation de Nathaniel Mandrake[en construction]

Sauter vers: